Un taux de survie proche de la normale pour le syndrome myasthénique de Lambert-Eaton en l’absence de tumeur maligne

À retenir

  • Les personnes atteintes d’un syndrome myasthénique de Lambert-Eaton (SMLE) en l’absence de cancer du poumon affichent des taux de survie normaux, présentent une évolution stable de la maladie et conservent leur autonomie dans les soins de la vie quotidienne.

  • Les personnes atteintes d’un SMLE accompagné d’un cancer du poumon à petites cellules (CPPC) survivent plus longtemps à la tumeur que les personnes ayant un CPPC en l’absence de SMLE.

Pourquoi est-ce important

    Mieux comprendre le pronostic et les limites du SMLE permettra d’orienter les attentes et décisions thérapeutiques des médecins et des personnes touchées.