Une étude sur la prise en charge des symptômes neuropsychiatriques identifie une utilisation sous-optimale des traitements

Les taux de traitement pharmacologique des symptômes neuropsychiatriques sont faibles chez les patients atteints de la maladie de Parkinson (MP) de stade précoce, selon de nouveaux résultats présentés au MDS 2020.

Des chercheurs de l’Université de Pennsylvanie (University of Pennsylvania), à Philadelphie, aux États-Unis, ont mené une étude de cohorte longitudinale auprès de 395 patients ambulatoires atteints de la MP à un stade précoce et non traitée (moyenne d’âge : 62 ans) et 185 témoins sains appariés, inclus dans l’étude Parkinson’s Progression Markers Initiative.