Sexe, infection nosocomiale et décès précoce en cas d’AVC

À retenir

  • Le sexe féminin était associé à une réduction du risque de mortalité dans les 30 jours post-AVC, après ajustement en fonction de l’âge et de la sévérité de l’AVC, et ce, en raison d’un risque réduit d’infection et de décès lié à l’infection. La prévention des infections post-AVC chez les hommes pourrait aider à réduire le risque.

Pourquoi est-ce important

  • L’AVC est une cause majeure de décès dans le monde.

  • Le sexe du patient est connu pour être un facteur clé dans l’épidémiologie, la présentation, la prise en charge et le pronostic de l’AVC. Cependant, l’impact du sexe sur la mortalité post-AVC reste incertain : des études ont rapporté des résultats contradictoires et ont été critiquées quant à la présence de facteurs confondants non contrôlés.

  • Il est important de clarifier toute relation potentielle entre le décès précoce post-AVC et le sexe, y compris les causes du décès.