Des exercices musculaires respiratoires ont amélioré la faiblesse musculaire associée à la sclérose en plaques

À retenir

  • L’entraînement des muscles respiratoires a amélioré significativement la force musculaire inspiratoire, avec
    des effets durables chez les personnes atteintes de sclérose en plaques (SEP) de stade avancé.

Pourquoi est-ce important

    Les personnes atteintes de SEP de stade avancé présentent une faiblesse musculaire respiratoire. Il est donc nécessaire de comprendre les effets de l’entraînement des muscles inspiratoires (EMI) au seuil pour éclairer les approches de rééducation respiratoire.