Relation entre la séropositivité au cytomégalovirus et le risque de sclérose en plaques

À retenir

  • La séropositivité au cytomégalovirus (CMV) est associée à un risque réduit de développement de la sclérose en plaques (SEP), et les personnes séronégatives au CMV, mais séropositives au virus d’Epstein-Barr (EBV) ou au virus de l’herpès humain 6A (HHV-6A), présentent un risque accru de développement de la SEP.

Pourquoi est-ce important

    Il a été établi que l’EBV était un facteur de risque de SEP, et que le HHV-6A semblait également être associé à un risque accru de SEP, mais la relation entre le CMV et le développement de la SEP n’est pas bien comprise. Cette étude a démontré que la séropositivité au CMV entraînait une réduction du risque de SEP, avec des implications pour les orientations thérapeutiques futures.