Le gradient périventriculaire de la neuro-inflammation est corrélé avec des lésions microstructurelles dans la SEP

À retenir

  • Chez les patients atteints de sclérose en plaques (SEP), il existe un gradient périventriculaire d’activation des cellules immunitaires innées et des lésions microstructurelles associées dans la substance blanche (SB). Ce gradient était plus important chez les patients présentant une aggravation clinique.

Pourquoi est-ce important

  • Dans la SEP, des lésions irréversibles du système nerveux central entraînent une aggravation du handicap.

  • Des preuves antérieures ont suggéré que la proximité du liquide céphalorachidien (LCR) et potentiellement des cytokines pro-inflammatoires dérivées du LCR, prédispose aux lésions corticales, entraînant un gradient périventriculaire de lésions microstructurelles.

  • En étudiant le mécanisme biologique sous-jacent du lien entre proximité du LCR et lésions tissulaires in vivo, l’aggravation du handicap dans la SEP peut s’expliquer et être ciblée.

    Des preuves post-mortem ont indiqué une implication des cellules microgliales activées.