Le miR-424 a un impact sur la migration cellulaire, l’invasion et la transition épithélio-mésenchymateuse dans le gliome humain

À retenir

  • Les faibles niveaux d’expression de miR-424 étaient associés à une survie globale (SG) médiocre et à des paramètres clinico-pathologiques plus graves chez les patients atteints de gliome.

Pourquoi est-ce important

  • Le mécanisme à l’origine de la progression du gliome demeure obscur.