La détection croisée de CGRP et de prolactine dans les méninges induit un comportement migraineux spécifique aux femmes

À retenir

  • Une voie méningée prolactine – CGRP spécifique aux femmes pourrait expliquer la raison pour laquelle les femmes sont plus sujettes aux migraines.

Pourquoi est-ce important

    Les femmes sont deux fois plus touchées par les migraines que les hommes ; les mécanismes sous-jacents propres au sexe féminin et le rôle de la prolactine demeurent toutefois peu clairs. Cette étude est la première à décrire la détection croisée, au niveau méningé, entre les voies de signalisation du CGRP et de la prolactine, se produisant uniquement chez les femmes, un phénomène qui pourrait expliquer la prévalence supérieure de la migraine chez les femmes. Les données donnent à penser que les voies de la prolactine pourraient être une nouvelle cible à envisager dans la stratégie thérapeutique de la migraine chez les personnes de sexe féminin.