Mécanismes associés à l’activité musculaire involontaire dans l’infirmité motrice cérébrale et l’AVC

À retenir

  • Les personnes atteintes d’infirmité motrice cérébrale (IMC) et les personnes ayant fait un accident vasculaire cérébral (AVC) présentent une activité musculaire involontaire durable, conditionnée par différents mécanismes. On a observé que le cortex moteur contribuait plus largement à cette activité musculaire chez les personnes atteintes d’IMC, alors que chez les personnes ayant fait un AVC, c’est le feedback neuronal afférent qui jouait un rôle plus important.

Pourquoi est-ce important

    Le traitement optimal de l’activité musculaire involontaire peut différer chez les personnes atteintes d’IMC et celles ayant fait un AVC, en mettant l’accent sur les adaptations plastiques au contrôle moteur central dans la première catégorie de personnes et en tenant compte des déficits de l’intégration du feedback sensoriel dans la seconde catégorie.