La rigidité aortique est-elle associée à des biomarqueurs neuropathologiques ?

À retenir

  • La rigidité artérielle liée à l’âge a été associée à des biomarqueurs de neuroinflammation, de phosphorylation de la protéine tau, de dysfonctionnement synaptique et de neurodégénérescence chez des participants âgés de > 73 ans.

Pourquoi est-ce important

  • La rigidité artérielle a été associée à des troubles cognitifs et des modifications structurelles du cerveau, en raison de l’augmentation de la pulsatilité sanguine qui endommage la microcirculation cérébrale, entraînant des réductions du flux sanguin.

  • Les voies pathologiques générées ou exacerbées par ces altérations microcirculatoires ne sont pas connues.