Glutamate et monoxyde d’azote : des biomarqueurs potentiellement prometteurs dans la sclérose en plaques.

À retenir

  • Le monoxyde d’azote (NO) et le glutamate pourraient être de potentiels biomarqueurs d’activité de la maladie chez les patients atteints de sclérose en plaques (SEP).

Pourquoi est-ce important

  • Bien qu’il existe plusieurs tests diagnostiques, l’identification d’une SEP repose sur un diagnostic clinique basé sur des preuves paracliniques.

  • Toutefois, le glutamate et le NO pourraient être prometteurs en tant que biomarqueurs prédictifs de la survenue d’une poussée d’une SEP chez un patient atteint de SEP, et apporter des éléments objectifs à un diagnostic de poussée, en particulier en cas de pseudo-poussée suspectée.