Preuve d’une plasticité inhibitrice anormale dans la dystonie cervicale

À retenir

  • À la suite d’une stimulation somatosensorielle répétitive à haute fréquence (HF-RSS), des individus atteints de dystonie cervicale (DC) présentaient une réduction du seuil de discrimination temporelle somatosensorielle (SDTS) et des mesures d’inhibition neuronale physiologique, indiquant une plasticité inhibitrice anormale dans le cortex somatosensoriel (S1) dans la DC.

Pourquoi est-ce important

  • L’observation d’un dysfonctionnement dans les circuits inhibiteurs de S1 chez les individus atteints de DC s’ajoute à l’ensemble d’éléments probants démontrant que la DC est provoquée par une perte d’inhibition dans diverses zones du système nerveux central.