L’activité épileptiforme en sommeil paradoxal est associée à une moins bonne trajectoire de la maladie

À retenir

  • Chez les personnes en observation en unité de surveillance de l’épilepsie, l’augmentation de l’activité épileptiforme en sommeil paradoxal est associée à une augmentation de la fréquence maximale des crises d’épilepsie, ce qui suggère une moins bonne trajectoire globale de la maladie.

Pourquoi est-ce important

    La surveillance de la proportion des décharges épileptiformes interictales (DEI) qui surviennent pendant le sommeil paradoxal pourrait constituer un biomarqueur utile de pronostic de l’épilepsie.