L’activité réciproque du réseau préfrontal–sous-thalamique temporal influence le contrôle cognitif

À retenir

  • Le noyau sous-thalamique et le cortex préfrontal médian communiquent et coordonnent leurs activités par le biais de la puissance des ondes thêta et bêta, contribuant ainsi au contrôle cognitif.

En quoi est-ce important

  • La cognition peut être affectée négativement par une perturbation de ce réseau. Cette étude met en évidence l’activité séquencée temporelle et réciproque par le noyau sous-thalamique et le cortex préfrontal médian pour participer à différents rôles au cours du contrôle cognitif.