Dégénérescence cérébrale dans la sclérose latérale amyotrophique

À retenir

  • Les personnes atteintes d’une sclérose latérale amyotrophique (SLA) agressive, y compris celles présentant une maladie à progression rapide et des signes de motoneurones supérieurs (MNS) significatifs, sont plus susceptibles de présenter une dégradation du cortex moteur au fil du temps que les personnes atteintes d’une SLA moins agressive et les témoins sains.

Pourquoi est-ce important

  • La SLA est une affection cliniquement hétérogène, associée à des taux de détérioration variables. Il est difficile d’identifier des cohortes phénotypiquement homogènes à des fins de recherche clinique.

  • Le N-acétylaspartate (NAA) est un biomarqueur non invasif de l’intégrité neuronale qui peut être examiné par imagerie et quantifié par spectroscopie par résonance magnétique (SRM).

  • Le rapport du NAA sur les autres métabolites dans le cortex moteur et le cortex préfrontal peut être réduit chez les personnes atteintes de SLA, fournissant ainsi un moyen de suivre la neurodégénérescence dans le temps.