Les biomarqueurs du risque futur de psychose liée à la maladie de Parkinson

  • Évaluée par des mesures d’imagerie en tenseur de diffusion, l’eau non liée à l’inclusion était un indicateur significatif de psychose future pour les personnes atteintes de la maladie de Parkinson nouvellement diagnostiquée.
  • Plus précisément, une augmentation de l’eau non liée à l’inclusion dans l’ensemble du cerveau (p = 0,016) et dans le système de traitement visuel (p < 0,001) conférait un risque futur plus élevé de psychose.
  • Les auteurs ont conclu que l’imagerie en tenseur de diffusion, et en particulier l’eau non liée du système de traitement visuel, pouvait être utilisée comme marqueur du risque futur de psychose liée à la maladie de Parkinson. Étant donné que la psychose est associée à un risque accru d’institutionnalisation et de décès, ces personnes pourraient bénéficier de soins et d’un soutien supplémentaires.