Une étude américaine étudie les profils alimentaires et leur lien avec le déclin cognitif

À retenir

  • Les profils alimentaires à l’âge mûr ne semblent pas contribuer au déclin cognitif plus tard au cours de la vie.

Pourquoi est-ce important

  • La démence affecte principalement les personnes âgées et est associée à un déclin continu du fonctionnement du cerveau. Une étude antérieure suggère que les profils alimentaires influencent le risque de déclin cognitif et de démence.

  • L’établissement d’une association entre habitudes alimentaires spécifiques et engagement cognitif peut éclairer les stratégies de prévention des personnes à risque de développer une démence.